Gérer ses émotions

Que sont au juste nos émotions?

Du latin ex ("hors de") movere ("mouvement"), l’émotion est une réaction qui nous
« met en mouvement ». Traduisant nos sentiments, elle engendre des états affectifs.
Ainsi l’on peut dire je suis triste, heureux, en colère, effrayé, etc...
L’émotion est une réponse spécifique à la manière toute personnelle
dont on ressent une situation.

Affectant nos humeurs et notre motivation, elle varie d’intensité selon
notre tempérament, notre état d’esprit mais aussi notre expérience des
situations. Mais pourquoi ?
Les émotions en tant qu'affects ne sont pas innées.

Notre développement émotionnel se fait durant la petite enfance.
« Toute sensation enregistrée par l’enfant provoque en lui un affect
ou une émotion. Plus son expérience s’accroît, plus les impressions
sensorielles sont liées aux sentiments" (Stanley GREENSPAN).

Donc nos émotions ont une signification affective, et nous les gardons
en mémoire
.

Elles sont « ce que je reconnais, dont je me souviens et que je comprends »
(…) et vont ensuite jouer sur la façon dont je me perçois » (Israël ROSENFIELD).

Nos émotions viennent en quelque sorte coder nos expériences de vie, et font comme un grand catalogue personnel pour chacun de nous.
Elles influencent nos aptitudes intellectuelles et impactent notre personnalité.

« Inséparable de la conscience » (Israël ROSENFIELD) nos émotions se perçoivent dans et avec le corps comme autant de sensations viscérales, expérimentées physiquement. En témoigne les expressions populaires : être saisi d’effroi, avoir la peur au ventre, frissonner de plaisir, trépigner d’impatience, blêmir de colère, …. En plus d’un état affectif, nos émotions signent ici des états physiologiques. Or, nos expériences sensorielles se vivent souvent dans un contexte de relations.

Voilà bien une cause à la complexité de nos rapports aux autres, puisque nous ne sommes pas égaux face à nos émotions, mais qu’elles impactent notre manière d’être avec autrui.

On comprend donc combien nos émotions peuvent porter nos efforts, soutenir nos entreprises et faciliter notre rapport aux autres ou au contraire nous restreindre et nous empêcher.
Pour autant, nos modes réactionnels ne sont pas inscrits irrémédiablement.

Chacun de nous peut développer son « intelligence émotionnelle » (Daniel GOLEMAN), prenant conscience de ce qu’il ressent, obtenant de modifier son rapport au monde et à lui-même au profit de son épanouissement personnel.

Cela rend d’autant plus pertinent et précieux le système des 38 harmonisants émotionnels mis au point par le Docteur Edouard BACH connu sous le nom de Fleurs de BACH.