Ethique

Ma pratique de Sophrologue résulte d’un choix et d’une vocation qui me nourrit chaque jour, par tout ce
qu’elle m’apporte, et tout ce qu’elle implique.
Une posture d’accueil, tout d’abord.
Un accueil plein et entier de la personne humaine et non de son symptôme, dans une démarche de
compassion et d’attention qui garde à cœur de comprendre et de respecter la demande formulée, sans
l’influencer ni la dépasser.
Une posture d’empathie aussi, qui dit que l’on est touchée et émue par la relation qui s’établit avec
chaque personne. Que tout en conservant ce lien authentique, on garde le recul nécessaire pour avoir
les mots justes.

Etre en empathie, c’est prendre le risque d’une vraie relation avec ses émotions, ses bonheurs, ses
peurs et ses déceptions imprévisibles aussi, tout en conservant la distance adéquate face aux réactions
affectives.
Cela nécessite d’avoir clairement conscience des réactions que chaque relation éveille en soi, afin de
demeurer à l’écoute.

Rester pleinement centrée sur la personne qui consulte, dans le respect de son histoire et de ses possibilités.

Ce principe fondamental de la sophrologie s’appelle principe de réalité objective.
Pour le mettre en œuvre, j’ai choisi que ma pratique soit supervisée depuis l’origine.

Une posture pédagogique, enfin, qui implique un travail d’écoute et d’accompagnement.

Par un questionnement adapté et des techniques maîtrisées, le sophrologue aide le corps à
se vivre et la parole à se dire.
Il explique ses pratiques, éclaire sur leur conséquence et formule ses conseils avec toute la
clarté nécessaire.

En aidant la personne à se comprendre, se connaitre et se transformer, il lui restitue son autonomie, renforçant ses aptitudes à choisir et à décider pour une conduite en harmonie avec sa propre échelle de valeurs.
C’est une médiation.
Cette relation s’appelle l’alliance sophronique.

Le sophrologue est tenu au respect du secret professionnel dans les conditions établies par la loi.

Membre adhérent du syndicat des sophrologues professionnels, je me suis engagée au respect du code déontologique de ma profession.

Membre associée de la Société Française de Sophrologie, je souscris à son éthique et ses principes.

Membre adhérent du pôle sophrologie et acouphènes, je suis signataire de sa charte de conduite