Qu’est-ce qu’un accompagnement par la sophrologie ?

Discipline des sciences sociales, la sophrologie est une pratique de relation d’aide à visée psychocorporelle qui combine un ensemble de techniques agissant sur le corps, l’émotionnel et le mental dans le but d’accroitre la conscience et la connaissance de soi.

Riche de nombreux outils et protocoles, elle s’appuie sur des techniques de respiration et de relaxation permettant la détente musculaire et le renforcement de l’équilibre postural, complétées par la méditation et la visualisation mentale. Elle autorise ainsi l’accueil des émotions et renforce le développement de l’intelligence émotionnelle, la compréhension de soi et le questionnement intérieur. Elle permet de se reconnecter à soi-même par l’exploration de ses propres ressources et le développement de capacités nouvelles et vise l’autonomisation de la personne humaine.

Accompagner en sophrologie

Un accompagnement sophrologique est composé de plusieurs séances qui durent toutes environ 1 heure, à l’exception de la première, le plus souvent d’une durée de 1h30. Chaque séance de sophrologie se déroule en plusieurs étapes, chacune conçue pour répondre aux besoins spécifiques de la personne tels qu’ils ont été identifiés et validés.
Dans cet article, nous explorons comment se déroule cet accompagnement de la première rencontre appelée anamnèse aux séances suivantes. Nous exposons également le déroulé d’une séance type de sophrologie, en mettant en avant les principes fondamentaux de cette méthode à visée existentielle.


Première séance : la rencontre initiale ou anamnèse

La première séance de sophrologie est une rencontre dont l’authenticité est essentielle pour établir une relation de confiance et instaurer un climat de bienveillance. Sans jugement ni à priori, cette rencontre permet à la personne qui consulte de s’exprimer librement sur ses attentes et de les resituer dans son contexte biographique et plus spécifiquement dans la situation qu’elle traverse.

Ce premier échange, souvent plus long que les séances de suivi, aide à définir un projet d’accompagnement et à poser un cadre en précisant les méthodes sélectionnées, la périodicité des rencontres et les objectifs visés. L’anamnèse permet aussi de recueillir des informations relatives aux antécédents de santé, aux possibilités physiques de chacun afin d’adapter les exercices proposés aux possibilités de chaque personne. Les images ressources et les préférences sensorielles de chacun y sont également collectées pour proposer un vocabulaire et des évocations adaptées lors des méditations.

Les séances suivantes : mise en œuvre des techniques

Les séances suivantes se déroulent en plusieurs étapes structurées, permettant de déployer différents outils et protocoles et d’en explorer les bienfaits pour atteindre les objectifs définis.

Accueil et échange

Chaque séance commence par un moment d’échange verbal, pour accueillir la personne dans sa réalité émotionnelle ici et maintenant. On y évoque également l’entraînement pratiqué par la personne à partir des exercices réalisés aux séances précédentes. Cet échange préalable vise à mesurer l’appropriation de la méthode par la personne accompagnée dans le respect de ses possibles, et son implication dans la mise en place d’une écologie personnelle visant à un mieux-être.

Fonction des évolutions observées, des possibilités de la personne et des éventuels besoins nouveaux qui peuvent apparaitre, le sophrologue poursuit ou réoriente l’accompagnement. Ce principe d’adaptabilité est essentiel en sophrologie et constitue l’un des fondements de la méthode. Il renforce également la prise de conscience de la réalité objective de la personne, telle qu’elle se présente et évolue à chaque séance. Ce principe de réalité permettant de prendre conscience d’un ici et maintenant susceptible d’évoluer est un autre fondamental de la méthode sophrologique. Il renforce l’autonomie de la personne accompagnée tout en lui offrant de suspendre le jugement souvent porté par le mental.

Relaxation dynamique

Les relaxations dynamiques (RD) sont au cœur de la méthode sophrologique. Elles composent différents degrés, 12 en tout, répartis en 3 cycles, soit 4 niveaux de relaxations dynamiques par cycle. Chaque RD comporte des exercices différents qui tiennent compte de ce qui a été acquis dans le degré précédent, et chaque cycle est axé sur une thématique. Ainsi, chaque degré est orienté vers l’exploration et la conquête de capacités physiques et mentales nouvelles, faisant de la sophrologie une méthode progressive permettant d’ancrer les acquis de l’expérience.

Chaque degré combine des exercices de respiration, de décontraction musculaire et de visualisation permettant de découvrir et d’explorer les possibilités offertes à chacun par le corps et l’esprit. Ces exercices aident à libérer les tensions physiques et mentales, favorisant une meilleure conscience corporelle, en lien avec le principe de schéma corporel comme réalité vécue : méthode psychocorporelle, la sophrologie passe par les ressentis du corps pour explorer le mental. C’est donc une méthode expérientielle qui s’appuie sur l’accueil de ce qui est réellement vécu par chacun.

Visualisation et positivité

La visualisation est une technique clé en sophrologie. Elle consiste à explorer, parfois, des situations passées pour se les représenter sous un angle nouveau mais aussi et surtout à se projeter positivement dans des situations, présentes ou futures, renforçant ainsi la capacité de chacun à faire face et à avoir confiance en ses possibles. Cette pratique repose sur le principe d’action positive qui stipule que « toute action positive sur une partie de la conscience se répercute positivement sur la totalité de l’être ». La sophrologie, quelles que soient les techniques, respecte ce principe qui permet de structurer la conscience de soi par le positif.

Il ne s’agit pas de nier ce qui ne va pas (réalité objective), mais de s’en défocaliser pour se concentrer sur le positif, en créant du lien avec soi-même et en apprenant à renforcer nos capacités à réussir en mobilisant nos efforts, progressivement. En cela la sophrologie rejoint la vision portée par la psychologie positive. Quittant définitivement les pièges tendus par la « résignation apprise » la sophrologie offre à chacun d’apprendre à se concentrer sur ses forces et ses caractéristiques positives, qui permettent à chacun d’être pleinement acteur de sa vie et de renforcer le sens donné à son existence, dans le respect de ses valeurs.

Sophronisation de base

La sophronisation de base est un technique clé qui induit un état de relaxation profonde et de conscience augmentée.
Cet état, similaire à celui expérimenté dans la méditation de pleine conscience, permet d’explorer ses capacités et ressources intérieures et de s’y concentrer en toute sérénité.

L’alliance sophronique : une relation de confiance

Le terme d’alliance est un concept partagé par la psychologie et la sophrologie. Il désigne ici la relation qui se développe entre le sophrologue et la personne accompagnée. Cette relation implique une transmission de la méthode, elle comporte donc une dimension pédagogique. Essentielle à la transformation, elle est surtout fondée sur la confiance, l’empathie et le respect mutuel faisant de la sophrologie une pratique de relation d’aide.

Cette empathie, chère à Carl Rogers , et la nécessaire acceptation inconditionnelle qui l’accompagne sont les attitudes fondamentales de la relation d’aide dans une approche humaniste. Elles permettent à la personne accompagnée de se sentir entendue, écoutée et comprise, sans jugement ni attentes, facilitant ainsi l’accès à sa propre réalité pour explorer ses ressources et capacités. C’est donc une relation de partage, de « personne à personne », dans laquelle le sophrologue est un « passeur » conscient de ses responsabilités et limites.

[1] Concept de Martin SELIGMAN

[2] L’approche centrée sur la personne », Ambre éditions 2013.

SevanQu’est-ce qu’un accompagnement par la sophrologie ?